10 choses importantes que j’ai apprises de mes fausses couches et de la recherche de grossesse

On apprend de toute épreuve et on en sort grandie. A l’occasion de la fête des mères, je souhaitais partager avec vous quelques une des choses que j’ai apprises lors de cette quête de la maternité. D’une part, voyez-les comme des conseils mais aussi une façon de donner de l’espoir à celles qui n’en n’ont plus. Troisième et dernier volet de ma trilogie sur la fausse couche…

Tout d’abord saviez-vous qu’il existe seulement 20% de chances de concevoir chaque mois donc à chaque cycle. Et ce quel que soit votre âge. C’est vous dire que c’est un petit miracle qui ne dit pas son nom.

1 – Le corps c’est pas le fer.

Il faut prendre soin de soi et de son hygiène de vie, c’est primordial. Bien manger et sainement, ne pas fumer, boire de l’eau, gérer ses petits bobos et s’occuper de sa santé. En temps normal, il faut prendre soin de son corps mais il faut carrément le chouchouter quand on chercher à devenir maman.

2 – Faire des enfants après 30 ans n’est pas sans conséquences ni difficultés

Oui l’âge joue. Nos générations ont certes la chance d’avoir le choix de mener une certaine vie avant de devenir maman (études, vie professionnelle, enjoy divers…) mais ce que l’on dit moins c’est que l’horloge biologique elle tourne. Nos organes au complet sont forcément moins au top. On a pu developer des petits maux par ci par là, l’apparition de maladies ou même l’usure. Donc là tuyauterie marche un peu moins bien à mesure qu’on avance en âge. Donc il faut tenir compte, on n’a pas toute la vie devant soi pour enfanter. Et puis, il faut de l’énergie pour s’en occuper. Alors je ne dirais pas que le plus tôt est le mieux, mais si l’on veut fonder une famille, il faut le garder en tête et quand même se faire un planning de vie sans pour autant que cela devienne une obsession. Cela aide pour faire ses choix en tout.

3 – Le corps est une fabuleuse et complexe machine

Lorsque votre embryon n’est pas viable, il s’en débarrasse tout seul. Il faut se dire que parfois, il y a une maladie ou malformation dont il se prémunit. Dans l’absolu, tout le monde veut un enfant en bonne santé. Alors même si ça fait mal, il vaut mieux relativiser en se disant que le corps a fait son travail d’élimination naturelle. C’est dur mais cela permet de se résigner avec un esprit plus apaisé. Parfois il faut faire confiance à son corps qui sait ce qui est bien pour nous a un niveau qu’on n’imagine même pas.

4 – Les hommes aussi vivent mal la perte d’une grossesse

On n’en parle beaucoup moins, mais les hommes aussi ont mal quand leurs rêves et espoirs s’envolent en fumée. Par pudeur, ils laissent place à la douleur maternelle, mais ne les oublions pas non plus. Eux aussi subissent une perte incommensurable. Lorsque c’est possible, il ne faut pas hésiter à discuter sans tabou pour évacuer la peine et faire son deuil en paix. Ne serait-ce que pour se mettre dans de meilleurs dispositions pour l’enfant qui viendra pas la suite. Lorsque j’ai fait ma première fausse couche, le papa était instantanément tombé malade et avait eu des douleurs abdominales. Il avait somatisé cette perte qui lui rappelait de mauvais souvenirs personnels.

5 ⁃ Le cerveau est un mystère fascinant

A la fin de la journée tout se passe dans la tête. Ni la conception, ni la grossesse n’aiment le stress. Il faut être heureux et bien dans son corps et dans sa peau pour concevoir. D’autant plus si on passe le cap des 30 ans, avec l’âge viennent d’avantage de responsabilités donc de soucis. L’insouciance de la vingtaine est un atout en plus de l’aspect biologique. Oui certes, il y a un côté mécanique, mais l’amour, l’attention, la paix, le bien-être favorisent la création d’hormones qui vont jouer dans tout ce processus. C’est à ne pas négliger. Donc aux couples qui cherchent ardemment à devenir parents, restez soudés et bienveillants l’un envers l’autre. Une femme qui n’est pas bien dans son couple, ou dans sa peau pour xyz raison, ou qui a encore des problèmes psychologiques à régler pourra éprouver plus de difficultés à enfanter. Ne pas hésiter à se faire suivre par un psy durant cette période, c’est parfois l’occasion de mettre certaines choses derrière nous avant d’accueillir un enfant. Régler ses trauma avant de donner la vie est parfois impératif pour y arriver ou même être une bonne mère. Il y a souvent des blocages dûs à lourd passif qu’il faut apprendre à guérir ou dompter. Et retenez que bien souvent, lorsqu’aucun problème ou maladie n’a été détecté, en somme que tout va bien, vous tomberez enceinte quand vous y penserez le moins. Vous vous rendrez compte un beau jour que vous avez un retard, un mois même où pour une fois vous ne scrutiez pas votre période d’ovulation. Soyez donc ZEN, et le reste suivra ! C’est exactement ce qui m’est arrivé et bien d’autres mamans que je connais.

6 – Progesterone is Bae

Une carence en progestérone peut entraîner des fausses couches. Parfois avec l’âge on en produit pas comme il faudrait (on développe d’avantage de carences). Or il faut être au top de ses réserves en matière de nutriments, vitamines, pour favoriser les meilleures conditions pour la conception et surtout la tenue de la grossesse dans les premières semaines. La progestérone est l’hormone de prédilection dans la conception et notamment pour garder une grossesse viable jusqu’à terme. Il faut donc se nourrir de manière à favoriser la fabrication de cette hormone naturellement, et éventuellement envisager avec son médecin de suivre un traitement pour la booster. Et c’est même souvent une hormone quasiment systématiquement prescrite si vous avez déjà eu des fausses couches. Moi j’avais des injections à recevoir au tout début de ma grossesse.

7 ⁃ Il faut bien manger et équilibré quand on cherche à tomber enceinte

Manger équilibré est recommandé pour vivre en santé déjà au départ. A plus forte raison si l’on souhaite tomber enceinte. Car plus on mange mieux, plus on peut s’assurer d’avoir les nutriments indispensables à la conception. Il y a des carences comme celle de la progestérone entre autres qui sont contre-indiqués lors d’un désir de grossesse car prennent une part active dans ce processus.

8 ⁃ L’amour et la paix triomphent toujours

Chercher l’enfant comme on dit n’est pas sans conséquences pour un couple. C’est même source de tensions sans le vouloir, parfois sans même s’en rendre compte. Et comme je le disais précédemment la conception n’aime pas les tensions ni le stress car cela a des conséquences sur notre corps qu’on ne peut en général pas mesurer. Une femme qui n’est pas bien dans son couple, qui subit des pressions de part et d’autres rencontrera encore plus de difficultés à tomber enceinte ou mener une grossesse à terme. Une femme qui cherche une grossesse doit être choyée, chouchoutée, entourée et protégée. L’amour engendre l’amour. Et avec beaucoup d’amour de l’autre et de soi, dans bien des cas, c’est tout ce qui manque à l’équation. C’est parfois aussi l’occasion de réaliser qu’on n’est peut-être pas avec la bonne personne et de prendre des décisions. Vous voyez parfois une femme qui ne tombe pas enceinte avec un homme et dès qu’elle le quitte même pas 6 mois ou un an après, elle tombe enceinte. Il y a parfois des incompatibilités biologiques ou des incompatibilités tout court. Il faut aussi en tenir compte, sauf si l’on accepte qu’on n’aura pas d’enfant. En tout cas quand il y a amour et respect ce sont les premiers pré-requis pour tomber enceinte naturellement.

9 ⁃ Une vie professionnelle dense est un facteur qui joue dans la conception

La grossesse n’aime pas le stress. Parce que quand vous êtes stressée, il y a des conséquences physiques et biochimiques dans votre organisme. Le corps va se mettre à sécréter parfois des toxines qui ne vont pas du tout aider cette quête. La vie trépidante d’une entrepreneure ou d’un poste à responsabilités peut donc impacter votre bien-être et influencer votre recherche de grossesse. Il faut donc en avoir conscience et parfois accepter qu’il va falloir lever le pied de la pédale si l’on veut devenir mère. Ne serait-ce même que pour être avec son compagnon et se dégager des moments intimes en toute harmonie. Je roulais à tombeau ouvert il y a quelques années car passionnée par mes activités. Mais elles peuvent vous consumer, alors attention, il faut prendre du recul. Quelques symptômes à l’époque m’avaient intimer de ralentir la cadence, et je l’ai fait sans états d’âme.

10 ⁃ Faire confiance en la vie et ses bienfaits

Quand vous tombez (finalement) enceinte, tout s’aligne et si vous pensiez que vous n’étiez pas prête, et bien vous seriez surprise de voir comment tout se met en place dans votre vie. Rien même que durant ces 9 mois. Je suis une grosse dormeuse à la base, mais dès lors que j’étais enceinte, dès 6h du matin, j’étais réveillée. Comme si mon corps me préparait déjà à ce qui m’attendait.

Même les finances, parfois on se dit que non, la situation n’est pas assez stable pour faire face aux dépenses liées à un enfant. Mais figurez-vous que tout ça finit toujours par se stabiliser et même parfois avant l’arrivée de l’enfant. Ayez confiance que vous pourrez pourvoir aux besoin de votre enfant. Non seulement attendre un enfant décuple votre esprit de la gagne et l’envie de vous en sortir. En fait, vous n’avez même pas le choix. Si vous étiez du genre insouciant, la perspective de devenir parent vous remet les pendules à l’heure dans bien des cas.

Un témoignage ? Anonyme ou pas : contact@mamymuna.com

A lire aussi :

Abonnez-vous à notre page Facebook / Instagram/ Twitter / Youtube.
Rejoignez nos nombreux groupes dont les plus populaires : J’essaye de tomber enceinte et Je suis enceinte et maintenant.
Et notre tout nouveau Mamy Muna Business Club.


Me suivre sur Facebook / Instagram / Twitter / Youtube.

www.celinefotso.com

Céline Victoria Fotso

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.