Les spermatozoïdes, garants de la fertilité masculine

Les spermatozoïdes, garants de la fertilité masculine

Longtemps, les difficultés pour obtenir une grossesse étaient spontanément attribuées aux femmes, même par les médecins. Aujourd’hui les choses ont changé, et on sait que dans la moitié des cas, c’est l’homme qui est en cause. Mais quand peut-on parler d’infertilité masculine ?

Pour l’homme, l’infertilité est une blessure narcissique difficile à surmonter. Idée que l’on se fait de la virilité, assimilation malheureuse à l’impuissance en font un problème difficilement avouable.

Rejoins le groupe Facebook Je veux être Papa
Rejoins le groupe Facebook J’essaye de tomber enceinte

La qualité du sperme est souvent responsable de l’infertilité masculine. Le sperme contient principalement des gamètes mâles qu’on appelle spermatozoïdes. Les spermatozoïdes sont produits dans des cellules spécialisées au niveau des testicules. Une fois produits, ils passent dans les tubules séminifères. Puis ils sont stockés dans l’épididyme. Ils passent ensuite dans les canaux déférents et se mélangent aux sécrétions des vésicules séminales et de ceux de la prostate pour former le sperme.

Tout au long de ce voyage, les spermatozoïdes acquièrent leur mobilité et se chargent en enzyme. Entre la production et l’émission, deux mois et demi vont s’écouler. Mais pour atteindre l’ovocyte et le féconder, ces gamètes vont devoir résister à un milieu hostile, surmonter le passage du col utérin et ne pas rester piégé dans la glaire cervicale, puis remonter durant six heures jusqu’à l’ovocyte. À ce niveau, il faut que l’un d’entre eux parvienne à traverser la carapace de l’ovocyte afin de le féconder. Pour surmonter tous ces obstacles, il est indispensable que le sperme ne contienne pas trop de spermatozoïdes anormaux. 

Un spermatozoïde a, grosso modo, la forme d’un têtard et une taille de 6 microns (0,006 millimètres). La tête du spermatozoïde doit être ronde de face et pointu de profil, elle contient le noyau, avec les gènes du père. L’acrosome est un capuchon céphalique contenant des enzymes qui facilitent la pénétration du spermatozoïde dans l’ovule. La longue queue est le flagelle, c’est ce qui lui permet de se déplacer. Il doit être assez long (10 à 100 micromètres de long) et avoir suffisamment d’énergie pour quitter les voies masculines puis progresser dans les voies féminines. Ce sont les mitochondries, une sorte de petites usines, qui lui en fournissent. Elles sont au niveau de la pièce intermédiaire, entre la tête et le flagelle.

Malheureusement il y a toujours de la casse lors d’une production et plusieurs types d’anomalies peuvent se produire. Les chances d’une grossesse sont alors compromises. On parle d’infertilité quand la quantité de spermatozoïdes de formes typiques est insuffisante pour permettre une fécondation, d’autant plus si la production de spermatozoïdes est insuffisante. La norme se situe autour de 20 millions de spermatozoïdes par millilitre de sperme.

Quand le couple expérimente des difficultés, il faut aussi que l’homme fasse son check up, notamment un spermogramme. Le spermogramme est l’examen demandé aux hommes quand une grossesse tarde à venir.

Il s’agit d’une analyse de l’éjaculat, qui permet de connaître l’état des spermatozoïdes, et de savoir si l’infertilité pourrait être masculine.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.