Et de 2, une autre fausse couche ! (Suite)

Bonjour à toutes avant de poursuivre la suite de mon récit j’aimerais tout d’abord remercier toutes les marques de soutien que j’ai pu recevoir. Comme je le disais, beaucoup plus de femmes sont concernées par le sujet de la fausse couche qu’on ne l’imagine. Ou même les difficultés pour tomber enceinte.

La première partie de mon récit relatait de ma première fausse couche.

Aujourd’hui je vais vous parler de ma deuxième fausse couche et comment je suis finalement tombée enceinte.

Après ma fausse couche, j’ai suivi les conseils du docteur qui préconisait d’essayer de retomber enceinte tout de suite après. Les 2-3 mois qui ont suivi j’ai espéré de nouveau être enceinte aussi rapidement et facilement que la fois précédente. Hélas, il semblait que ce n’était pas pour moi à ce moment-là.

Du coup, après j’ai complètement zappé j’ai mis ça dans un coin de ma tête et j’ai continué ma vie. Cependant, entre-temps j’avais quand même découvert quelques petits symptômes dûs au stress ce qui m’a poussé à ralentir la cadence professionnelle carrément folle que j’avais depuis quelques temps (genre je faisais des emplois du temps de travail jusqu’à minuit, n’importe quoi !). En effet pour celles qui ne me connaissent pas, je suis chef d’entreprise (fondatrice de Je Wanda Magazine depuis 2010, MamyMuna depuis 2015 et Club Wandastic depuis 2015).

Et rebelote…

Pratiquement un an jour pour jour et de façon imprévue, je retombais enceinte. Sauf que là, vu mon premier traumatisme, je n’ai pas cherché à faire de test de grossesse, j’ai gardé ça pour moi pendant environ deux semaines. C’est-à-dire que j’avais environ deux semaines de retard mais j’avais peur de confirmer que j’étais enceinte. Et je n’ai jamais de retard dans mes règles. Le jour où je décide enfin de souffler un mot à ma mère comme quoi il se pourrait que je sois enceinte, à peine 24-48 heures après, j’avais des saignements. Du « spotting » comme on dit dans le jargon des futures mamans, qui s’est très vite transformé en marrée de sang malgré mes prières… Je faisais donc ma 2e fausse couche. Je le vivais différemment car je pouvais toujours me dire : étais-je vraiment enceinte ? Même si au fond de moi, je sais que j’étais bel et bien enceinte.

Cette année là fut assez compliquée, avec des pics dépressifs, assortis de pensées suicidaires. Finalement, à quoi servais-je ? Quel serait mon but si je n’avais finalement pas d’enfant ? Qu’est-ce qui se passait ?

Grâce au soutien de ma famille et de mes amis, je remontais la pente et mettais cela derrière moi. Je tiens d’ailleurs à les remercier car ils ont été chacun à leur manière une bouée de sauvetage.

J’entamais quand même une série d’examens pour vérifier que tout allait bien. Selon les docteurs, je n’avais aucun problème. Tout était ok. On me trouvait quand même une carence en progestérone mais à part ça, rien qui n’empêche de tomber enceinte en soi. Je pouvais prendre quelques compléments alimentaires spécial conception, histoire de booster mon organisme. D’ailleurs preuve en était que j’étais tombée enceinte à chaque fois par hasard, quand je n’y pensais plus.

Plateau de tournage (2013)

Faites l’amour tous les deux jours 

Le gynécologue disait seulement « faites l’amour tous les deux jours pour maximiser les chances ! ». Mon freeeeeeeeere, une affaire où même la combo devient une corvée et un way de calcul ? Des moments durs durs à traverser pour un couple, car la frustration devient votre colocataire invisible.

L’année suivante, je me disais finalement, que peut être je n’aurais plus la chance de tomber enceinte. Quand ça ne vient pas, ça nous paraît tellement une montagne insurmontable, quelque chose d’impossible.

Alors je me suis dit, qu’à cela ne tienne Céline, être maman ce n’est pas seulement en accouchant, alors j’adopterai un bébé, et dans le même temps je ferai congeler mes ovules, me disais-je.

Et si j’adoptais ?

En y repensant, cette idée d’adopter un bébé m’apaisait déjà beaucoup. J’avais toujours été séduite par l’idée de donner un foyer à un enfant abandonné ou orphelin, depuis toute jeune. Je me disais, que même après avoir accouché plusieurs enfants (il fut un temps j’en voulais 6), j’en adopterais un. Pour moi l’envie d’être une mère, élever un enfant, ne passait pas forcément par enfanter soi-même.

Je pense que cette idée m’a fait beaucoup de bien. Il y avait des solutions pour devenir mère même si cela ne passait pas par mon ventre. Après tout, rendre un enfant abandonné heureux n’est-ce pas déjà magnifique ?

Comment raconter la suite sans en dire trop sur ma vie privée ? 🤔 Allez ! C’est pour la bonne cause. Sans en faire un sujet obsessionnel, l’envie d’enfant reste un sujet qui plane dans l’air même inconsciemment. Vous n’êtes pas complètement à l’aise. Et on va dire que mon couple n’a pas été épargné par les tensions, et même la rupture. Même si le sujet n’a jamais été le fait que ça ne venait pas (mon compagnon ne m’a jamais mis la pression), je crois qu’on devient plus nerveux, plus tendu parce qu’on attend quelque chose qui ne vient pas, et ça fait des étincelles.

Ma princesse à quelques semaines…

Et le miracle !

Nous nous sommes donc éloignés pendant un temps, et je pense que cela nous a fait le plus grand bien. LE jour où l’on se retrouve, un jour pas calculé, nous avons conçu notre fille. Pratiquement 2 ans jour pour jour après ma dernière grossesse. Ah, j’ai oublié de vous dire que toutes mes grossesses se font toujours à la même période de l’année. Je ne sais pas c’est quoi le way… Je ne sais pas si certaines d’entre vous ont également eu ça ?

Je suis donc tombée enceinte par hasard, sans calcul, sans aide, sans plus y penser. Pouf ! Juste comme ça ! Une fois ! Dans l’amour, la paix, l’harmonie. Et tout s’est bien passé car comme vous le savez déjà, j’ai une magnifique poupée aujourd’hui. Mon petit bébé « miracle ».

Il paraît que cela arrive souvent, lorsque le cerveau se relâche, lorsque vous êtes zen, que vous y pensez le moins, que vous êtes dans la paix, les choses se décantent. Votre corps se livre pleinement à cette belle aventure qu’est la maternité.

Prochainement je vous récapitulerai ce que j’ai retenu et appris de cette expérience, puis comment se sont déroulés les premiers mois de ma grossesse.

De la force…

Mais avant de vous quitter, je voudrais m’adresser à toutes celles qui sont passées par de tels moments, croyez-moi vous êtes loin d’être les seules. Une fois que vous avez pu écarter toute problématique médicale par le biais d’examens en profondeur, soit pour expliquer vos fausses couches ou le fait que vous ne tombez pas encore enceinte, vivez tout simplement votre vie, soyez patiente, un jour, une jolie surprise vous comblera… C’est vrai on le dit souvent mais c’est parce que c’est tout simplement vrai. Le cerveau a une puissance incroyable sur tout notre corps. Au-delà de ce que l’on peut imaginer. Alors je voudrais par le biais de ce témoignage donner de la force à toutes celles qui en ont besoin…

Du courage à toutes…

Rejoignez nos groupes Facebook pour approfondir les échanges, nous sommes déjà une centaine à s’ouvrir petit à petit sur nos expériences, à s’encourager avec des mots réconfortants, à se conseiller…

J’essaye de tomber enceinte

Je suis enceinte, et maintenant

Le Club des Mamy Muna

Et bien d’autres

Si vous êtes fans de soins et de maquillage, mon site Club Wandastic propose des WandaBox Beauté ICI. Se sentir belle et désirable est aussi très important dans cette aventure ô combien délicate…

A très vite…

Me rejoindre sur Facebook / Instagram / Twitter / Youtube

Rejoindre Mamy Muna sur Facebook / Instagram / Twitter / Youtube

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.